QUAND LA MORT VINT DU CIEL

Jusqu’à la traversée de la Manche le 25 juillet 1909 par Louis Blériot, les valeurs liées à l’utilisation de l’aéroplane n’avaient trouvé que très peu de considération auprès des états-majors des futurs belligérants. Dès lors dans chaque pays, on jeta les premières bases d’une l’aviation militaire afin d’être efficace en prévision d’un probable conflit.
En 1914, comme depuis toujours, les missions de reconnaissances étaient attribuées à la cavalerie légère pour sa rapidité de déplacement. Mais, l’emploi massif des nouvelles armes à feu automatiques limita considérablement son rayon d’action. L’aviation, mais surtout ses pilotes, devinrent les yeux des armées dans ce rôle.
Les ambitions pour cette nouvelle arme ne connurent plus de limites, et ce jusqu’à nos jours.
Dans ces années de guerre, tout fût inventé et amélioré; la vitesse, l’autonomie, la charge emportée. Mais aussi l’observation avec la photographie aérienne, permettant la cartographie. Dans un autre registre, la puissance de feu, la chasse, le combat aérien et le bombardement.
Malheureusement, la guerre demeurera le plus puissant moteur à ‘l’évolution de l’homme’.

Cette exposition se tient encore jusqu'au 15 août 2018.